LES MÈRES DE LA PSYCHANALYSE
Il s’agit d’un parcours non exhaustif à travers l’histoire des mères dans la psychanalyse. Théories sur la maternité, position maternelle de l’analyste dans le transfert, mères analystes, élaboration progressive de la préhistoire du complexe d’ Œdipe, récits de cas, seront autant de jalons pour accompagner la préparation de ces journées.

Quand Sigmund Freud perdit sa mère, par Laura Sokolowsky

L’inventeur du complexe d’Œdipe n’a pas pleuré au moment de la disparition de sa mère ? Das ist unglaublich ! Amalia Freud s’éteignit à l’âge de quatre-vingt quinze ans, à Vienne, le 12 septembre 1930. Son fils de soixante-quatorze ans souffrait depuis longtemps de son terrible cancer de la mâchoire. Très affaibli cet été-là, il avait envoyé […]

La rage de Melitta, par Marina Lusa

La relation entre Mélanie Klein et sa fille Melitta Schmideberg fut aussi complexe que déconcertante. À lire Phyllis Grosskurth, mère et fille étaient très proches. Mais il n’est pas impossible que, depuis son enfance, Melitta ait pu s’interroger sur la nature des sentiments qui animaient sa mère, surtout au regard de ses nombreuses absences vivement […]

« Ce premier lien à la mère… », par Marina Lusa

Au commencement des années vingt, avec l’avènement de la paix, un large contingent de médecins américains quitta New York pour la capitale autrichienne afin d’y faire une analyse avec Freud. Parmi eux, le jeune psychiatre Abram Kardiner allait livrer, bien des années plus tard, le récit de son expérience dans Mon analyse avec Freud1. Analysé […]

Et Ferenczi faisait la mère, par Marina Lusa

Ferenczi fut certainement le plus créatif des élèves de Freud. Très inventif dans sa technique, il promut une analyse « active » qui procédait par « une intense empathie » et « une tendre bienveillance » envers ses patients, assumant toutes les complications et mésaventures qu’engendraient une telle position. Freud, inquiet de la tournure que prenait les innovations psychanalytiques de Ferenczi, […]

Ces psychanalystes qui analysent leurs enfants, par Laura Sokolowsky

  « Est-il bien judicieux qu’une mère analyse ses propres enfants ? »1  Séparée de son mari, Mélanie Klein s’installa à Berlin en 1921 avec ses trois enfants Melitta, Hans et Erich. Ses collègues lui confièrent rapidement des analyses prophylactiques de leurs enfants, comme cela se pratiquait à l’époque. Parmi les analyses d’enfants qui lui servirent pour […]