« Est-il bien judicieux qu’une mère analyse ses propres enfants ? »1 

Séparée de son mari, Mélanie Klein s’installa à Berlin en 1921 avec ses trois enfants Melitta, Hans et Erich. Ses collègues lui confièrent rapidement des analyses prophylactiques de leurs enfants, comme cela se pratiquait à l’époque. Parmi les analyses d’enfants qui lui servirent pour la rédaction ultérieure de La psychanalyse des enfants, publié une décennie plus tard, il y avait celle d’Erich.


L’analyse d’Erich par sa mère débuta lorsqu’il avait cinq ans. Ses questions, « Où suis-je né ? », « Comment fabrique-t-on une personne ? », reçurent des réponses précises de la part de la mère-analyste : il y avait quarante petits œufs dans la mère et l’un d’entre eux devenait un embryon. Mélanie nota la réaction de son fils : « Il sembla comprendre et ne posa plus de questions, mais il se conduisit de manière étrange. Aussitôt que j’entrepris de lui donner une explication détaillée, il devint distrait et montra quelque gêne, et commença tout de suite à parler d’autre chose, il désirait visiblement changer de sujet d’une conversation qu’il avait lui-même abordée »2.


La question portant sur le papa qui contiendrait lui aussi des enfants fit limite à la curiosité d’Erich qui n’interrogea plus sa mère au sujet de la procréation. Néanmoins, la nounou eut la mauvaise idée d’évoquer le rôle bien connu des cigognes. Elle fut immédiatement renvoyée. Le lendemain du renvoi de la nourrice, Erich affirma qu’il voulait partir dans la famille de ses voisins qui croyaient au Père Noël et au lapin de Pâques. Si sa mère voulait l’en empêcher, il s’enfuirait. Il était sûr que la voisine l’aimerait plus que sa mère.


Le soir même, au souper, Erich expliqua qu’il s’agissait seulement d’une plaisanterie. Mais Frau Klein ne laissait rien passer : « je lui dis sans pitié que j’allais moi-même en parler à Mme. S…- peut-être accepterait-elle alors de le garder. Il avait les larmes aux yeux »3. Erich finit par avouer à sa mère qu’il l’aimait et qu’il ne voulait pas la quitter : « Alors je l’ai embrassé et caressé, et il était très heureux, et par la suite, il dit à la servante : « Maman a été très gentille. Tu ne l’as pas vu, mais nous nous sommes embrassés, et nous sommes de nouveau amis »4.


Mélanie Klein considérait qu’il fallait toujours répondre sans inhibition à la curiosité sexuelle d’un enfant, fut-il le sien. Des perspectives nouvelles s’offraient à elle. Lorsqu’en 1921, les angoisses d’Erich ressurgirent, elle le reprit en analyse. Elle n’eut pas l’idée de mettre en relation ces symptômes avec le fait qu’Erich avait été un enfant non désiré, qu’elle-même avait été très déprimée avant et après sa naissance, que le père de l’enfant avait quitté par deux fois le domicile familial. Elle estimait que si les choses allaient mal, il fallait l’attribuer aux désirs incestueux qui n’avaient pas été suffisamment analysés à la période précédente. L’insistance d’Erich à vouloir s’échapper hors du champ d’attraction de la mère en allant dans le jardin ou chez les voisins fut interprétée en termes de sentiments œdipiens refoulés.

Dans l’enclave de cet amour maternel, il n’y avait guère de place pour les fables. Pas de Dieu, pas de magie, pas de monde enchanté.


1 La question fut posée par Phyllis Grosskurth, in Melanie Klein, Paris, PUF, 2001, p. 132.

2 Ibid., p. 107.

3 Ibid.,p. 108

4 Ibid.