Nous connaissions déjà les écoutes-bébés à veilleuse, avec caméra ou réponse à distance type talkie-walkie, mais l’une des dernières inventions de notre modernité, le « Cry Translator », va encore plus loin. Ce baby-phone connecté (qui coûte 60 euros sur Amazon ou 8 euros sous forme d’application smartphone), permet de « traduire » les pleurs de son bébé 1.


Le principe : vous positionnez l’appareil, ou votre téléphone, à 30 cm de votre enfant tandis qu’il crie, vous appuyez sur le bouton « start », et l’analyse sonore commence. Le translator affiche au bout de 10 secondes l’une des possibilités suivantes : faim, sommeil, inconfort, stress, ou encore ennui. Il vous indique également quelques bons conseils pour apaiser les larmes de votre petit(e).


Le site explique, étude « clinique » et statistiques à l’appui 2, que ce traducteur de pleurs de bébé est un dispositif sécurisé et simple d’utilisation qui, « sans être un dispositif médical », « facilite la communication » en permettant aux parents de « répondre le plus rapidement et le mieux possible ».


Ainsi, lors de ces moments de découvertes, quand le cri se transforme en appel, là où le désir maternel intervient et ouvre au symbolique, il sera désormais possible de faire intervenir le Cry Translator. Celui-ci se centre sur le cri du petit d’homme et sur ses cinq modalités – pas une de plus. Cependant, pris au pied de l’appli, on risque de considérer le corps du nourrisson comme un petit organisme mécanique programmé et non comme un être dépendant de l’Autre et pris dans le langage.


« Les jeunes mères cherchent des modes d’emploi pour faire avec leur bébé », témoigne une sage-femme du service où je travaille. Ce que révèle cet objet est en effet l’angoisse d’être mère ou père, angoisse qui ne manque pas de se produire lorsque surgit un Che Vuoi ? 3

Ici, le parent, l’Autre, est assisté afin d’interpréter ce que l’autre veut. Cette invention laisse entendre que toute demande attend réponse, le plus vite possible, et en l’occurrence standardisée. Bien qu’il soit sûrement un outil pour certains sujets, ne risque-t-il pas de rabattre la demande sur le besoin ?


« L’Hilflösigkeit, c’est la désorientation quand manque toute orientation signifiante » 4. Bien que le Cry Translator témoigne d’un fantasme de réponse parfaite et scientifique, gageons qu’avec ou sans, la réponse au manque de garantie des signifiants sera toujours ratée.


1 Il est inventé par Luis Meca Castany, Pedro Barrera Vazquez, et Gabriel Pons Fullana et reçoit la médaille d’or lors du « Geneva Invention Show 2010 ». Cf. http://www.lsa-conso.fr/produits/biloop-cry-translator-un-babyphone-qui-traduit-les-cris-des-bebes,171529 et www.crytranslator.com.


2 Étude clinique espagnole, menée par Dr Antonio Portugal Ramirez, pédiatre, disponible sur le site http://www.crytranslator.com/images/expertos/Estudio_Clinico.pdf.

Au fond, cette « étude » est d’emblée décrédibilisée de ne pas définir son objet, ni de faire des groupes comparatifs, par ex. : [avec translator / sans translator] ou encore [respect / non respect des consignes du translator]. Donc, cette étude montre que lorsqu’on prend soin d’un bébé qui pleure, celui-ci s’arrête de pleurer…


3 Lacan J., Le Séminaire, livre VI, Le désir et son interprétation, Paris, Seuil, 2013, p. 25.


4 Miller J.-A., « Introduction à la lecture du Séminaire L’angoisse », La Cause freudienne, février 2005, n°59, p. 67-103.