mère bordel

Quand vous tapez « être mère » sur Google, vous tombez sur un florilège de sites spécialisés sur la maternité. Afin d’aller au-delà d’un simple profil Facebook, des internautes créent des blogs autour de leur propre personne et de leur vécu de mère. Un certain nombre de ces pages internet prennent le contrepied du Devenir mère c’est formidable ambiant, comme celui-ci : Mais pourquoi je deviens mère bordel ??!, site personnel de Muriel Ighmouracène, au titre décapant, et anti politiquement correct.

Bien sûr, la maternité peut l’être, formidable, tout comme de devenir père, mais cela ne l’est pas pour toutes. Pour une femme, entre l’idée, le désir d’être mère, et le vivre dans le corps, puis à l’extérieur de celui-ci, dans ce face à face avec l’infans, il y a un trou dans le savoir, qui peut devenir un abîme pour certaines femmes, une sur dix semblent nous révéler les statistiques. Serait-ce un tabou de l’avouer dans notre société ? La femme du XXIe siècle se doit d’être active professionnellement, à l’égale phallique des hommes, belle et svelte en toutes circonstances, et bien sûr, mère accomplie et heureuse, sous couvert d’un instinct maternel préhistorique. Ces injonctions, pour de nombreuses mères, sont angoissantes et ne peuvent être endossées. Sur la toile, les témoignages relèvent plutôt de signifiants beaucoup moins légers autour de la maternité : tristesse, douleur, questionnements, angoisse, isolement, culpabilité…

Auparavant comme aujourd’hui, l’arrivée d’un enfant est un réel qui convoque la responsabilité, mais aussi l’invention. Au-delà des milieux spécialisés, ou à défaut de transmission symbolique, des blogs, de plus ou moins bonne facture, peuvent permettre à certaines femmes, devenues mères, de trouver quelques réponses singulières leur permettant de faire avec le réel que représente l’arrivée d’un enfant. Et quand le ton est décalé, humoristique, cela donne même une assurance, une consistance à la proposition suivante : les femmes ne sont pas toutes mères de la même manière. L’une des solutions est de recouvrir par des inventions singulières cette existence réelle qu’est l’enfant par un peu de semblant et d’imaginaire pour se constituer ce nouvel être de mère. Ces sites peuvent fournir un appui aux femmes qui se retrouvent seules face au réel qui existe dans la maternité. Ainsi, cette bloggeuse qui n’hésite pas à parler de la vérité de son vécu de mère, sachant, dit-elle, que « chacune invente ce qui lui convient, avec ce qu’elle a et avec ce qu’elle peut », sortant ainsi du discours du maître que l’on peut retrouver dans de nombreux manuels d’éducation du jeune enfant.