Des hommes essaient de dire ce qu’ils ont vécu, vivent encore ou vivent seulement. Ils ne mentent pas plus que d’habitude et leur nom restera voilé. Beaucoup habitent le champ freudien mais pas tous, leurs âges sont variables. La liste des contributeurs sera publiée en clôture du Blog mais Quiaditquoi restera difficile à savoir.

1) Pourriez-vous faire un portrait de votre femme en mère ?

C’est une épreuve, ces deux signifiants ne se connectant que difficilement, tant celui de mère renvoie à… la mienne !

Cette femme (ces femmes !) sont aussi mères, c’est un fait, dans le sens où elles m’ont offert des enfants, et que j’en ai été ravi. Manifestement, être mère, ça les tracasse, chacune à sa façon, mais ça les ravit aussi parfois. Au mieux, ça la divise, pour évoquer ma femme actuelle… mais pas d’image d’Épinal de la béatitude. Elle chérit, mais aussi s’exaspère, elle protège, mais n’hésite pas à me renvoyer l’enfant…

Non, décidemment je ne sais comment la décrire en mère, sauf à la voir s’inquiéter pour l’enfant qui pleure. Mais elle reste femme, et chacun y tient.

2) Pourquoi est-ce avec cette femme-là que vous avez eu des enfants ?

À partir du moment où l’amour nous accroche et que cet être occupe notre pensée, il y a décidemment un trait chez le partenaire qui nous tient. Dans ce qui fait alors couple, dans un amour qui supplée au non-rapport sexuel, la possibilité de l’enfant est incontournable (ce qui ne dit pas obligatoire). Pour une femme, j’ai l’idée que cette concession à la phallicisation du lien est un acte (pour le sujet névrosé s’entend).

C’est une contingence et pas un hasard ! Dans une rencontre, le sujet a toujours sa part de responsabilité.

3) Être mère – Vous en rêvez ? Vous l’êtes parfois ? Comment ?

Être mère ! Que non, je n’en rêve pas et j’ai remarqué que mes enfants n’en voudraient pas. Comment pourraient-ils alors jouer sur l’écart de l’un à l’autre ? Cela ne m’empêche pas d’apprécier les câlins des petits, mais cela n’est pas que du ressort des mères…

Ceci dit, l’idée de procréer, plus ou moins dans la douleur, me fait associer avec l’effort de mes productions écrites, dans différents champs. Cela a-t-il une lointaine « parenté » ?