Le deuxième film de Gareth Edwads Godzilla est sorti en mai 2014 vaut tout de même son déplacement. D’une poésie singulière sensationnelle, suspendant en quelque sorte l’action de sa métaphore, G.E nous montre à sa façon «l’innombrable» de la lignée maternelle.. L’Alien de R.Scott est à cet égard dès le début du film une référence patente du film.