hitand miss

Cette série britannique diffusée en France en 2013 raconte comment Mia, tueur à gages et transsexuelle en attente d’une opération « M to F » qui la débarrassera enfin de son phallus, va devenir malgré elle mère de famille à la suite du décès de son ex-petite amie. Mia apprend à cette occasion qu’elle a un fils. Elle va alors s’installer dans une ferme quasi coupée du monde et prendre peu à peu en charge son fils, mais aussi le frère et les deux autres sœurs de celui-ci.

Si l’accroche de la série se veut percutante – « She’s not your typical dad »1–, l’incompatibilité linguistique entre « she » and « dad » souligne moins l’idée d’un trouble dans le genre que celle d’un non-recouvrement entre femme et maternité. Cette série permet alors de questionner de manière originale qu’est-ce qu’une mère aujourd’hui.

Si Freud a pu dire que le destin normal d’une femme est d’être mère, faisant de l’enfant ce substitut phallique qui pouvait combler le Penisneid féminin, Lacan a aussi montré qu’une femme n’était ni le recto ni le verso d’une mère. C’est ce que pointe une scène du dernier épisode de la série. Ryan, le fils de Mia, part à sa recherche car il sait qu’il ne pourra pas affronter seul, sans elle, les évènements d’une vie de plus en plus chaotique et déboussolée. Il se rend dans sa planque de tueur et la convoque pour la première fois comme mère en lui disant : « Please, come back, Dad », formule affranchie de toute velléité d’accord de genre !

De quoi Mia, transsexuelle qui devient une mère d’un genre nouveau, est-elle donc le nom ? Éric Laurent esquisse une réponse quand il dit que : « Le Nom-du-Père, fonction dont une femme peut être le porteur, invente une façon nouvelle de s’occuper des enfants de la mère, ses objets a. »2

1. « Elle n’a rien d’un père ordinaire ».

2. Laurent É., « Qui s’occupera des enfants ? », Du mariage et des psychanalystes, La Règle du Jeu-Navarin / Le Champ freudien, 2013, p. 60.