Eclosion...Eclosion...0-simultanees-montage

Eclosion...Eclosion...C’est à quelle heure ?

Que se passe-t-il le samedi ?

Est-ce que je peux avoir le programme, là, tout de suite ?

Et le dimanche… ?

Et… euh… Est-ce qu’il y aura des surprises… ?

Retrouvez le programme et toutes les questions que vous vous posez dans cette rubrique !

oeufs

DEMANDEZ LE PROGRAMME !


Téléchargez ici le programme détaillé des Journées !

 

Le samedi : 9h30 -18h


Le dimanche : 9h-17h15


Simultanées


À vous de choisir !


Elles sont enfin écloses, les 22 Simultanées du samedi 15 novembre pour explorer l’être mère et les fantasmes de maternité en psychanalyse.

C’est à vous de choisir votre Simultanée du matin et celle de l’après-midi en fonction des thèmes proposés.

Comment ? En réservant votre salle en ligne grâce au mail que les inscrits vont recevoir.


4 étapes

Le mail que vous allez recevoir vous indiquera un lien sur lequel cliquer pour réserver en 3 clics :

1. Cliquez sur le numéro de votre thème du matin.

2. Cliquez sur votre thème de l’après-midi.

3. Cliquez sur le bouton “Envoyer”.

4. Puis vous recevrez par retour de mail votre billet d’entrée en PDF comportant :

. Votre identité.

. Un QR code qui sera scanné lors de l’accueil.

. Le choix de vos salles du matin et de l’après-midi.

Nous avons hâte de vous y accueillir !


22 Simultanées


SAMEDI MATIN

1. De mère en fille : tout contre ou très contre

2. Sorties de l’infertilité

3. L’amour maternel : je t’aime moi non plus

4. La mère c’est la langue ?

5. Entre refus et consentement

6. Enceintes de la science

7. Ciel ! Se pourrait-il que les mères soient des femmes ?

8. Ce corps qui change

9. Les partenaires des mères : entre soutien et gêne

10. Fantasme de la mère, symptôme de l’enfant : le lien infernal

11. La mère comme si


SAMEDI APRÈS-MIDI

1. Du fantasme au projet

2. Je veux un enfant !

3. La mère parfaite n’existe pas

4. Angoisse ou ravissement

5. Le programme maternel

6. No Kids

7. Inquiétantes maternités

8. Une affaire de vie ou de mort

9. Mère et fils : insupportable idylle

10. Maternité sous transfert ou sur mesure ?

11. Dangers de maternité


… et ce n’est pas tout ! La formule s’enrichit cette année : des Histoires de mère en psychanalyse seront racontées en ouverture de chaque Simultanée.

oeufs

HISTOIRES DE MÈRE EN PSYCHANALYSE


Les Simultanées changent de robe !

La formule des Simultanées s’enrichit pour les J44 avec 22 Histoires de mère racontées en ouverture de chaque salle, l’une à 9h30, l’autre à14h30.

Vous entendrez des récits de grands cas de la littérature psychanalytique ou de références de Lacan sur l’être mère, avec juste ce qu’il faut de sel pour en faire une histoire psychanalytique.

Vous êtes inscrit aux Journées… sinon, inscrivez-vous vite en cliquant ici.

Il était une fois…


L’AGITATION MATERNELLE, CONTE KLEINIEN – LA PETITE ERNA

Daniel Roy

Une maladie appelée « Dieu lui a parlé » s’empara de la mère. L’enfant fut atteinte à son tour d’un mal qu’elle nomma « l’agitation maternelle » et en mourut. Puis le père tua la mère pour la punir. Ainsi découvrons-nous la petite Erna, six ans, et sa mère « à l’égard de laquelle elle témoignait d’une affection excessive, tournant par moment à l’hostilité. Elle la dominait entièrement, ne lui laissait aucune liberté de mouvement et l’accablait sans cesse de son amour et de sa haine ». Avec Erna, nous assistons à la naissance de la très fameuse et très redoutable mère kleinienne, telle qu’elle apparut en octobre 1924 à Würzburg au premier Congrès des Psychanalystes allemands et, avec elle, nous apprenons ce qu’une mère peut supporter de haine.


UNE MÈRE SIMPLE, SIMPLEMENT MÈRE – MME LEFÈBVRE, DE MARIE BONAPARTE

Francesca Biagi-Chai

Depuis longtemps, chez les Lemaire, grands viticulteurs du Nord, les repas, moments forts de la vie, étaient pris en commun. Parents et grands-parents vivaient dans des logements séparés mais le sens de la famille les réunissait pour la circonstance. Jamais il n’y avait de disputes, respect et égards dus aux anciens obligent. En ce milieu de XIXe siècle naquit la petite Marie-Félicité-Elise, l’aînée des enfants. Elle grandit au sein de cette famille modèle, non sans avoir une conscience aigue, suraigüe de cette perfection. Son livre préféré ? Les petites filles modèles. Ses jeux de prédilection ? Mettre en scène des cérémonies religieuses et enterrer, en grande pompe, des poulets crevés, dans des boîtes de cigares, portés en procession jusqu’au cimetière du fond du jardin…


MARGARETH, LE CAS DE LA JEUNE HOMOSEXUELLE

Agnès Aflalo

Enfant, Margareth désirait secrètement un enfant de son père. Une déception la fait re-décider autrement… Sa vie amoureuse adulte sera comme un message adressé au père sur la façon dont une femme doit être aimée.


PASSION MORTELLE DANS UN COUPLE MÈRE-FILS

Serge Cottet

D’après Deuil pathologique, de D. Lagache (1956). Marie, jeune veuve de la guerre 14-18 reporta sur son fils un amour tyrannique. Elle l’éleva seule ; il avait maintenant vingt ans et elle avait peur qu’un mariage ne lui enlevât son fils tant aimé. Pourtant cet enfant avait joué et continuait à jouer le rôle d’un obstacle à sa liberté sexuelle…


UNE MYSTÉRIEUSE AGRESSION DANS LE MONDE DU SPECTACLE – AIMÉE

Sophie Marret-Maleval

21h. – Dépêche de la rédaction : ce soir, vers 20h., Mme Z., agressée au couteau par une inconnue à l’entrée des artistes du théâtre Saint-Georges. Interpellée par la police, Aimée A. prétend être victime d’un scandale ourdi par l’actrice et un célèbre homme de lettres à son encontre. Une équipe de la rédaction est sur place, dans l’attente des déclarations du commissaire et du médecin qui président aux premières auditions. Des détails dans notre prochaine édition.


UNE FLEUR ILLUSTRE D’HUMANITÉ – GIDE

Philippe Hellebois

Cette fleur est, selon Lacan, ce qu’a réussi à devenir André Gide. Ce fut un parcours compliqué, voire labyrinthique, aux moires trompeuses, un véritable kaléidoscope. Pour commencer, il eut deux mères différentes en même temps…


L’AUTRE MÈRE – HÉLÈNE DEUTSCH

Alfredo Zenoni

Hélène Deutsch, qui refuse d’être mère comme la sienne propre, le devient grâce à la maternité d’une autre. Peut-on devenir mère quand on refuse de l’être comme la sienne propre ? Hélène Deutsch y répond en exposant son propre cas…


LA MÈRE SÉVÈRE SELON SAM – BECKETT

Pierre Naveau

« Petit garçon […] tu romps le silence en lui demandant [à ta mère] si [le ciel d’azur] n’est pas en réalité beaucoup plus éloigné qu’il n’en a l’air. Pour une raison que tu n’as jamais pu t’expliquer, cette question dut l’exaspérer. Car elle envoya valser ta petite main et te fit une réponse blessante inoubliable. »


HÉLÈNE ET LA JOUISSANCE D’ÊTRE MÈRE – HÉLÈNE DEUTSCH

Philippe La Sagna

« J’ai toujours voulu inclure la maternité dans la vie sexuelle des femmes. » Cette phrase d’Hélène Deutsch annonce sa thèse : ce qui s’amorce dans l’orgasme féminin se complète et s’achève pour une femme dans l’accouchement. C’est comme cela que se nouera ensemble la jouissance du corps et sa douleur. Mais la maternité n’est possible que grâce à la figure de la mère, voire celle d’une mère qui devient alors l’appui imaginaire et symbolique qui permet au sujet de supporter l’impossible de la sexualité féminine…


UNE MAÎTRESSE FEMME – MADAME DE CHOISY

Hervé Castanet

François-Timoléon de Choisy (1644-1724) est une référence de Lacan à propos de la perversion. Commençons l’enquête : qui était cette mère, madame de Choisy ? On la croyait inconnue. Pas du tout. Précieuse, ami du Roi Soleil, correspondante de la reine de Pologne, de la reine de Suède et d’autres grands de son monde, c’est une « maîtresse femme », comme dit son fils. Est-ce tout ? Nullement. Menons l’enquête en ouvrant les archives. Lisons les commentateurs du Grand Siècle… Nous découvrirons qu’il y a eu crime. Crime ? Oui et même complot impliquant Mazarin et une autre mère – celle de Louis, Anne d’Autriche. Vous plaisantez ? Acceptez que je sois un peu détective orienté par Lacan… et vous verrez.


MARIE LANGER L’INSOUMISE ET SON COMBAT FÉMINISTE

Dominique Wintrebert

Vienne 1935. Jeune femme de la bourgeoisie juive éclairée, Marie Langer – analysée par Richard Sterba –, termine ses études de médecine peu avant l’aryanisation de l’Autriche. Elle a vingt-cinq ans. Ses choix de vie exemplaires vont la conduire à de nombreux exils. Elle quitte l’IPA en 1971, refusant la neutralité politique résignée prônée par cette dernière, alors que la situation sociale est tendue en Argentine après le Cordobazo de 1969… Marie Langer porte très haut l’étendard de la psychanalyse au service des femmes. Elle entend justifier la psychanalyse comme le traitement le plus adéquat des troubles sexuels qui affectent les femmes et les empêchent de procréer…


ANNAMÈRPHOSE – ANNA FREUD

Philippe Lacadée

Il était une fois une jeune fille, Anna, qui écrivait des lettres enflammées à son père lui envoyant des baisers peu habituels dans la famille Freud. Son père inquiet, car il soupçonnait les tendances homosexuelles de sa fille, se décida à la prendre en analyse. Celle-ci écrivait aussi qu’elle n’était « pas apte au mariage, pas mieux qu’une table, un canapé ou mon fauteuil à bascule ». Telle l’anamorphose, Anna inventa sa solution : être la mère substitutive des enfants de son amie Dorothy Burlingham mais aussi bien des enfants analysants qui venaient se confier à elle, tout en conservant sa place privilégiée auprès de son père…


LES CONFESSIONS DE BÉCASSINE – AIMÉE, DE LACAN

Monique Amirault

C’est ce titre que j’ai donné au récit de mon histoire, demandé par le docteur. Manière de me moquer car je suis loin d’être bécasse et je peux prétendre à mieux que ce à quoi je suis réduite. J’ai longtemps pensé que j’étais faite pour être mère. C’était là mon plus grand désir. Mais les enfants ont été ma douleur. On m’a occasionné, à leur sujet, bien des soucis. La malveillance et la jalousie ne m’ont pas été épargnées…


…UNE JEUNE FILLE QUI NE VOULAIT VRAIMENT PAS DEVENIR MÈRE – IDA

Michel Grollier

Boston dans le Massachussetts, là où Faulkner fait retentir bruit et fureur dans un drame qui conte le destin d’une femme, devant abandonner sa fille. Nous allons y rencontrer Ida , jeune fille affrontant la question de la maternité, mais ici accompagnée par la psychanalyse (Hélène Deutsch)…


LA MÈRE IDÉALE N’A PAS DE CORPS – JEANNETTE, DE JULES ROJAT

Jacques Borie

« Je veux un bébé vivant mais sans mari. » Cette affirmation très décidée résume la volonté constante de Jeannette ; dès sa petite enfance (vers quatre ans) sa mère l’entendit répéter cette phrase peu dialectique et l’on peut dire qu’elle ne l’a jamais quittée ; c’est sa constante.


« C’EST UN GARÇON ! » – LE PETIT HANS

Michel Héraud

Tout avait bien commencé. Un enfant était né, un garçon, une petite merveille, sa mère était aux anges. Il était si adorable, d’une vivacité d’esprit incroyable, curieux de tout, très attiré par les petites filles, dès son plus jeune âge. Et puis il aimait tellement sa maman et il faut dire qu’elle le lui rendait bien. Un bonheur total jusqu’au jour où…


UN BARRAGE CONTRE LA MER(E) – MARGUERITE DURAS

Jean-Pierre Deffieux

Paysages d’Indochine, touchants et si poétiques. Une mère débordante, imprévisible, entièrement tournée vers son désespoir, qui voue sa vie à faire barrage à l’envahissement de ses terres et de ses plantations dévastées par la mer. Tel est le décor planté dans Un barrage contre le pacifique, de l’histoire d’un grand écrivain du xxe siècle, Marguerite Duras, qui s’est trouvée dans la nécessité d’écrire dès l’orée de l’adolescence. Nécessité d’écrire pour faire barrage au ravage maternel et pour devenir non plus la petite fille perdue, « déjetée », délaissée, soumise à sa mère, mais une femme aux désirs assurés…


MME LEFÈBVRE, DE MARIE BONAPARTE

Pierre Stréliski

Nous sommes le 14 janvier 1927. Le jour peine à se lever sur ce bout de campagne lilloise qui n’est pas encore une banlieue ; le ciel est gris, plombé, annonciateur de neige. On commence à apercevoir l’ombre imposante et lugubre de l’ancienne abbaye cistercienne, maintenant transformée en prison, qui émerge de la plaine. Il fait froid. Un étrange équipage apparaît dans le paysage glauque…


LE SECRET DE LA COUVADE

Armand Zaloszyc

Depuis Edward Burnett Tylor, qui en a forgé le terme en 1865, la couvade est définie classiquement comme la coutume selon laquelle « le père, à la naissance de son enfant, poursuit un cérémonial où il fait semblant d’être la mère, où on le soigne comme s’il avait accouché, et où il accomplit d’autres rites tels que le jeûne et l’abstention de certains types d’aliments ou de certaines occupations, de crainte que le nouveau-né n’en pâtisse ».


FANTASME DE MATERNITÉ CHEZ UN CONDUCTEUR DE TRAMWAY PENDANT LA RÉVOLUTION HONGROISE

Camilo Ramirez

Recueillie à la fin de la guerre 14-18, l’observation est due à Joseph Hasler, psychologue de l’école de Budapest. C’est l’histoire d’un conducteur de tramway hongrois, protestant, de tradition paysanne. Un jour, il fait une chute en descendant de son véhicule. On l’emmène à l’hôpital, on s’aperçoit qu’il n’a rien du tout. Il ressort. Mais progressivement, il devient sujet à des douleurs qui persistent et s’aggravent avec le temps…


MRS BARON, « L’ESPRIT MATERNEL » ET « LA FEMME FÉMININE »

Philippe De Georges

Quelque chose lui manque pour assurer la composante active de la féminité. Voilà ce que se dit très vite Hélène Deutsch lorsqu’elle reçoit Mrs Baron, jeune immigrante suédoise, dans le dispensaire social où elle consulte au début de la guerre. Celle-ci, mère à quinze ans, est débordée d’angoisse devant l’agitation de son petit garçon…


SERGUEÏ P., LE CAS DE L’HOMME AUX LOUPS

Agnès Aflalo

Le fantasme de maternité n’est pas étranger aux symptômes de certains hommes. Ce fut le cas en particulier de Sergueï P., célèbre patient de Freud, plus connu sous le pseudonyme de l’Homme aux loups..


Pour avoir toujours sur soi le programme des journées, cliquez ici !

Pour télécharger le programme des histoires-de-mères, c’est ici !