Des hommes essaient de dire ce qu’ils ont vécu, vivent encore ou vivent seulement.


Aucun ne dit toute la vérité, par discrétion sans doute, mais aussi et surtout parce que c’est impossible. Ils habitent le champ freudien et leur âge est variable. Leurs noms seront publiés en clôture du Blog mais Quiaditquoi restera difficile à savoir.


Pourriez-vous faire un portrait de votre femme en mère ?

J’ai été surpris de découvrir ma femme sous un nouveau jour depuis qu’elle est devenue mère. Si je devais retenir quelques traits de son portrait en mère : une fragilité que je ne lui connaissais pas les premiers jours après la naissance ; son inventivité dans les jeux avec nos enfants, sa confiance en leur courage, sa capacité à les confier à nos parents.


Pourquoi est-ce avec cette femme-là que vous avez eu des enfants ?

C’est avec elle que j’ai eu des enfants, car il y a quelque chose chez elle que j’aime profondément et qu’il n’y a qu’elle qui a suscité un tel désir chez moi.

Nous avons vécu un amour passionnel l’un pour l’autre avec ses joies et ses peines. Un jour la question est venue de donner une forme concrète à cet amour : ma femme devait choisir si elle restait dans notre ville ou bien si elle la quittait. J’ai senti à ce moment-là qu’il fallait que je lui dise ce que je pensais, à savoir que je voudrai un jour avoir des enfants avec elle. Je pense que c’est cela qui l’a décidée à rester dans notre ville. Mais il faudrait peut-être le lui demander ?


Être mère – Vous en rêvez ? Vous l’êtes parfois ? Comment ?

Bonne question ! J’en rêve ? Non. J’ai plutôt rêvé d’être un père à la Guerre et Paix, qui part en campagne la moitié de l’année, et revient de temps en temps retrouver son foyer. Mais je suis content que cela ne soit qu’un rêve.

Si je suis mère parfois ? Oui, je crois. Égalité des sexes oblige, comme beaucoup de pères modernes, j’ai mon brevet de biberonnage, changement de couche, levers nocturnes. C’est plutôt sympa d’ailleurs, mais point trop n’en faut ! Les mauvais jours, je me dis que c’est plus facile d’être mère que d’être père aux temps du Mother Power et du « déclin du père ». Et les bons jours, je constate que ma femme n’a pas l’air de trouver cela si facile… Et puis je me dis qu’être père au XXIe siècle, c’est un sacré challenge et ça me va !