Elle vécut cette passion de nous, sans aucune tempérance. Elle la vécut activement. Sans cette patience, ce répit qui est versé aux mères comme une bénédiction.
Elle porta sa passion, seule, avec une violence jamais assouvie, et ses épaules sont toujours aussi belles et lourdes de porter.


Marguerite Duras, « L’enfance illimitée » dans Cahiers de guerre