Cinema Jurassic park

Jurassic Park est un film de science-fiction réalisé par Steven Spielberg, sorti en 1993. Le milliardaire John Hammond (Richard Attenborouth) a réussi à créer par réduplication génétique et autres bricolages, de nouvelles races de dinosaures. Fier de sa nouvelle « progéniture », il décide d’ouvrir un parc d’attraction sur Isla Nubar. Trois scientifiques de renommée mondiale, le couple de paléontologues, Alan Grant (Sam Neill) et Ellie Sattler (Laura Dern), ainsi que le jovial mathématicien Ian Malcolm (Jeff Goldblum), spécialiste de la théorie du chaos, sont invités comme experts afin d’avaliser l’ouverture de Jurrasic Park.

Une naissance très attendue

La séquence que nous épinglons montre une petite couvée autour de laquelle s’affaire notre anxieuse équipe ; l’éclosion d’un œuf est imminente. Hammond enfile à la hâte une paire de gant, puis manifeste une attention maternelle bien singulière : « J’insiste pour être là à chaque naissance. » On voit alors une petite bestiole s’extraire avec difficulté de l’œuf, et J. H. pousser des cris de joie : « Allez, allez, viens mon bébé… Allez, très bien, très bien, pousse, pousseTrès bien, allez, pousse… Voilà on y est ! Leur mémoire fixe la première créature qu’ils voient. Ça m’aide à avoir leur confiance. J’ai assisté à la naissance de toutes les créatures de cette île. » conclut-il. « Il n’y a aucune reproduction illicite à Jurassic Park », affirme le Dr Henry Wong (B. D. Wong). « Tous les animaux ici sont des femelles. Nous les avons créés ainsi. » Le mathématicien Malcom manifeste une légitime inquiétude quant au réel en jeu : « Comment reconnaissez-vous les femelles, vous soulevez leurs jupes ? » « Nous contrôlons leurs chromosomes » rétorque Henry. « Ça ne pose aucune difficulté. Tous les embryons de vertébrés sont des femelles. Il faut une hormone en plus pour en faire des mâles. On la leur refuse. » « On la leur refuse ? » lance Ellie interloquée. Spielberg pointe là un curieux fantasme quant à la création d’une nouvelle « race » de femmes, une fois les hommes éradiqués…

Malcom revient à la charge : « Le genre de contrôle que vous tentez n’est pas possible. L’évolution nous a appris que la vie ne peut pas être contenue. La vie prend le large, conquiert des territoires, renverse les barrières. C’est parfois pénible, parfois dangereux, mais c’est comme ça ! ⎯ Vous insinuez qu’un groupe composé d’animaux femelles peut se reproduire, poursuit ironiquement Henry. ⎯ Non ! Je dis seulement que la vie trouve toujours un chemin. »

Malcom ne croyait pas si bien dire, comme la suite du film le montrera : le réel du sexe ou de la vie ne se laisse pas contrôler comme une expérience de laboratoire.

« Une gueule ouverte »i

La séquence que nous évoquons se termine par un plan sur la petite bestiole qui vient de naître, la gueule légèrement ouverte et poussant des cris à peine audibles. Grant la tient dans sa main en lui caressant délicatement le cou : « De quelle espèce s’agit-il ? » demandet-il soudainement. « C’est un vélociraptor », répond Henry. « Vous avez créé des raptors ? » Grant manifeste alors une terreur rentrée car il connaît bien l’intelligence de prédation de ces sauriens, les ayant étudiés de très près.

Dans Jurassic park, Spielberg met en scène des objets de jouissance d’un Autre de la science incarné par des savants devenus fous. Et tout l’art de Spielberg consiste précisément à mettre en continuité moebienne cette jouissance avec celle, obscure, d’un Autre maternel vorace. Les fantasmes de maternité et le désir de maîtrise de ces hommes de science sont mis à nu, comme l’illustre la figure d’Hammond : « Je voulais quelque chose qui ne soit pas une illusion », dit-il à Ellie tout en dévorant des glaces avec celle-ci. « Quelque chose de réel. Quelque chose que les gens puissent voir et toucher. Qui trouve son mérite dans sa réussite… La création est un acte pure de volonté ! Ce sera parfait la prochaine fois ! »

i Sur la mère inassouvie et la gueule ouverte, voir : Lacan J., Le Séminaire, livre IV, La relation d’objet, Seuil, Paris, 1994, p. 195.